Les montagnes

La proximité du plateau Matheysin avec les hautes montagnes du Parc national des Ecrins offre aux visiteurs un contraste saisissant. Bordée par les contreforts cristallins du massif des Ecrins à l’est, par le massif calcaire du Vercors à l’ouest, longé par le Drac au sud et à l’ouest, la Matheysine est une région géologiquement variée, et présente par conséquent des paysages multiples.

Les montagnes

Les montagnes

Bordée par les contreforts cristallins du massif des Ecrins à l’est, par le massif calcaire du Vercors à l’ouest, longé par le Drac au sud et à l’ouest, la Matheysine est une région géologiquement variée, et présente par conséquent des paysages multiples.

Des trésors géologiques

Du sommet du Tabor (2390 m.), au sommet du Sénépi (1730 m.) en passant par le plateau, ses lacs et ses trésors de biodiversité que sont les zones humides, pour enfin plonger dans les eaux turquoise du Lac de Monteynard-Avignonnet, c’est un pays d’eau et de verdure.

Etabli à environ 1000 m. d’altitude sur un socle schisteux et houiller formant le prolongement du massif de Belledonne, le Plateau Matheysin a été modelé par les grandes glaciations du quaternaire qui ont laissé une épaisse couverture de sédiments. Cette couverture donne son aspect très doux aux paysages du « couloir » central, encadré par des moraines longitudinales, appelées ici « creys ».

Une ancienne zone glaciaire

Au maximum de leur extension, les glaciers recouvraient la zone aux trois quarts, créeant un grand lac, ancêtre du grand marais de La Mure. Lors des différentes étapes de leur retrait, les glaciers ont laissé des arcs morainiques comme autant de barrages, derrière lesquels se sont formés les trois lacs de Pierre Châtel, Petichet et Laffrey.

Les plissements et les failles qui ont joué dans ce secteur sont à l’origine d’un affleurement houiller recélant un anthracite d’excellente qualité, qui a longtemps fait la prospérité de cette région de moyenne montagne, forgé son identité et modifié ses paysages.